Composter pour jeter moins

Environnement

Produire soi-même son compost en valorisant les déchets biodégradables plutôt que les jeter est une pratique éco-citoyenne qui répond à des enjeux environnementaux ou encore économiques. Mode d’emploi à l’attention de ceux qui veulent tenter l’expérience.

Le compostage domestique est une pratique de recyclage des déchets organiques (matières issues du jardin et de la maison) qui peut être opérée par les ménages soucieux d’alléger le poids de leur poubelle. Il contribue à réduire de 30 % le volume des ordures ménagères et le coût de leur traitement qui incombe aux collectivités et à chacun. C’est aussi un processus naturel facile à mettre en oeuvre qui produira sans frais un humus idéal pour le sol ou les jardinières, à condition de respecter quelques impératifs.

Les bons gestes

Choisir sa méthode de compost mérite de prendre en considération le contexte dans lequel on se trouve : notre façon de jardiner, notre jardin, nos moyens, notre environnement.

Le compostage en bac convient aux appartements et petits potagers car il crée peu d’encombrement et de nuisance visuelle. Ce procédé assure une décomposition homogène, rapide à condition de lui accorder un entretien régulier. Du grand modèle jusqu’au modèle de balcon, en bois, métallique ou plastique, les composteurs peuvent être achetés en jardinerie ou fabriqués à partir de matériaux de récupération.

Le compostage en tas est recommandé aux grandes surfaces de jardins pour lesquelles des volumes importants de déchets verts sont à gérer. Cette technique consiste à les regrouper à même le sol. Son accessibilité permet de mieux surveiller le processus et facilite les manipulations. Quel que soit votre choix, un emplacement miombragé et sans nuire au voisinage est recommandé.

Le compost de surface est un compostage à froid, sans émission de CO2. Les matières organiques dispersées sur le sol sont absorbées sur place par les micro-organismes, à l’identique du cycle naturel de décomposition. Une formule idéale pour les petits jardins et qui limite les manipulations pour le jardinier. Ses inconvénients sont le manque d’esthétisme et la lenteur du processus.

La bonne recette

Un compost ne dégage pas de mauvaise odeur à la condition de ne pas y jeter n’importe quoi. Les déchets de jardin comprennent les tontes d’herbe, feuilles mortes, résidus de taille broyés, écorces, sciures et copeaux, fleurs fanées, brindilles, mauvaises herbes (non grainées), plumes, poils, etc. Les déchets de maison regroupent les épluchures et fanes de légumes et fruits (non traités), coquilles d’oeufs écrasées, filtres et marcs de café, sachets de thé, pain, laitages, cendres de bois, essuietout, boîtes d’oeufs, cartons, plantes d’intérieur, etc. Sont à éviter les déchets d’origine animale (os, litières), de poisson, coquillages, plantes malades. Pour rendre le processus efficace, il est nécessaire d’alterner les différentes catégories de déchets, de les mélanger à chaque apport pour aérer et activer la décomposition et entretenir l’humidité.

Valorisation des déchets verts à l’échelle communale

La Ville de Saint-Dizier retraite environ 350 tonnes de déchets verts par an, constituées pour un tiers de broyage de branches qui servira en paillage de haies et massifs arbustifs. Les deux tiers restants sont des déchets verts compostés à la serre et épandus sur des parcelles non cultivées.

[ Publié le : mardi 3 décembre 2019, à 14h23 ]

Retour

Coordonnées

SDED 52 - Syndicat Départemental d’Énergie et des Déchets

sded52@s/vdebrd52tsml.fr

Horaires d'ouverture

  • du lundi au vendredi
  • de 8h30 à 12h00 et de 13h30 à 17h30

9, rue de la Maladière
BP 2062
52 000 Chaumont

Tel : 03 25 35 09 29

http://www.sded52.fr/