La Banque alimentaire

Solidarité Vie associative

Créées il y a 35 ans pour lutter contre la précarité alimentaire et venir en aide aux démunis, les Banques alimentaires collectent, trient et stockent des denrées afin d’assurer l’approvisionnement d’associations caritatives et collectivités partenaires. À Saint-Dizier, présentation de cette logistique complexe qui nécessite rigueur et professionnalisme pour ses nombreux bénévoles.

La banque alimentaire Champagne, Sud et Meuse, implantée à Saint-Dizier a été créée le 24 septembre 1986. Elle fait partie des 79 banques (et des 29 antennes) composant la Fédération française des banques alimentaires qui oeuvrent au quotidien pour la logistique et la distribution des denrées alimentaires. Elle couvre le Sud de la Marne, de la Haute-Marne et de la Meuse. Les bénévoles oeuvrent quotidiennement aux côtés de 43 associations d’aide aux plus démunis et CCAS partenaires. La présidente du site bragard Danièle Regnault fourmille de projets pour les 12 prochains mois, pour « Faire connaître ses « Gilets oranges » auprès d’un public toujours plus large en allant vers des manifestations sportives et culturelles. »

Le rôle fondamental de la logistique

Au départ de la plateforme, rue Alfred de Musset, les fourgons ramassent plusieurs fois par semaine les dons de produits frais ou secs, préparés par les magasins, industriels de l’alimentation et exploitations agricoles. à leur arrivée, dans l’entrepôt, les marchandises sont contrôlées, pesées, triées et stockées en chambres à températures contrôlées pour les denrées périssables et sur des étagères pour les produits secs. L’organisation du stockage des aliments répond aux contraintes strictes d’hygiène et de sécurité, auxquelles sont formés annuellement les bénévoles et le personnel d’encadrement. Les denrées sont ensuite distribuées aux associations et CCAS selon des commandes émises, puis chargées sous surveillance dans les véhicules de transport des associations.

Une générosité de tous

Le pacte national de lutte contre le gaspillage alimentaire, mis en place en juin 2013, a permis une évolution notoire dans la motivation des grandes et moyennes surfaces de distribution alimentaire, industriels, producteurs à accroître leurs dons de denrées. Par ailleurs, l’incitation fiscale devrait pouvoir concerner l’ensemble des filières pour développer quantitativement les dons en nature. En addition aux denrées reçues du Fonds européen d’aide aux plus démunis (FEAD), la collecte nationale de novembre renfloue les stocks. Durant 2 jours, les bénévoles aux gilets orange se mobilisent pour inviter la clientèle des supermarchés au geste solidaire. Des échanges sont également pratiqués avec les autres Banques alimentaires de la Fédération. Les aides, dons financiers et subventions permettent aux Banques alimentaires de fonctionner et d’être mieux équipées pour collecter, stocker et distribuer des produits de qualité.

[ Publié le : vendredi 19 mars 2021, à 10h39 ]

[ Dernière mise à jour : vendredi 19 mars 2021, à 15h28 ]

Retour