La base de maintenance EDF bientôt en service

Économie

La base de maintenance d’EDF a été inaugurée le 5 octobre dernier à Saint-Dizier au terme de deux ans et demi de travaux. L’occasion de revenir sur cet équipement dont la mise en service complète est prévue pour décembre prochain.

Implantée sur le parc d’activités de référence, la base de maintenance est conçue comme un hôtel d’ateliers doté de matériels et d’équipements spécialisés. Elle accueillera, en fonction de leurs besoins, des entreprises prestataires d’EDF pour des opérations de maintenance sur les outillages et pièces de rechange des 58 réacteurs du parc nucléaire français. L’exploitation a démarré début septembre avec la prise en main du bâtiment par l’exploitant Socodei (filiale à 100 % d’EDF), de ses moyens de manutention et des systèmes de surveillance et de sécurité. Elle se poursuit avec l’aménagement de chaque zone de maintenance et l’arrivée des premiers conteneurs de matériels en provenance de la base du Tricastin et des centrales nucléaires. Les premières opérations de maintenance commenceront dans le courant de ce trimestre.

« La base de maintenance est dimensionnée pour accueillir jusqu’à 200 personnes en zone de maintenance et 50 en zone tertiaire », explique Vincent Daffos, chef de projet chez EDF. Le bâtiment d’une superficie totale de 18 000 m² comprend 3 parties : une zone administrative de 2 500 m², une zone de maintenance de 5 500 m² constituée d’ateliers modulables et une zone de stockage et entreposage de 10 000 m².

Une centaine d'emplois à terme

Dans la pratique, la structure devrait accueillir à l’année une moyenne d’environ 70 personnes d’entreprises prestataires d’EDF, avec une présence accrue en période hivernale. À ce jour, une vingtaine de personnes qualifiées a décroché un emploi auprès de Socodei pour assurer le fonctionnement de la base et l’appui logistique aux prestataires de maintenance, sachant qu’une dizaine de postes supplémentaires est consacrée à des métiers comme le gardiennage, l’entretien des espaces verts ou des ponts roulants. « À terme, environ une centaine d’emplois qualifiés devrait donc être créée », poursuit Vincent Daffos. La base de maintenance est appelée à se développer avec la création de nouvelles activités et de nouveaux services comme l’appui en usinage de pièces. Par ailleurs, début 2020, la mise en place d’un chantier de requalification des moteurs électriques devrait voir le jour.

Avec un investissement de près de 50 millions d’euros, la base de maintenance fait partie du pôle d’excellence de maintenance nucléaire, mis en oeuvre par EDF dans le cadre du programme d’accompagnement économique de la Meuse et de la Haute-Marne, territoires d’accueil du projet CIGEO.

[ Publié le : jeudi 22 novembre 2018, à 16h41 ]

Retour