L’Ornel, l’énergie d’un cours d’eau

Environnement

Depuis sa source en Meuse, l’Ornel serpente à travers Chancenay, Bettancourt-la-Ferrée et Saint-Dizier où elle se déverse dans la Marne. Au fil du temps, l’homme s’est installé sur ses rives, il a aménagé son cours pour en tirer profit mais aussi se protéger des crues. L’Ornel fait aujourd’hui l’objet d’une reconquête environnementale.

La rivière Ornel prend sa source à 170 m d’altitude, au lieu-dit La Grande Fontaine à Sommelonne, commune meusienne limitrophe située au nord de l’Agglomération. Après un parcours de 9 km, elle rejoint la Marne, au pont de l’avenue Pasteur, à Saint-Dizier.

Ses confluences viennent : des massifs forestiers d’Ancerville et traversent les étangs Franchot, du ru de Baudonvilliers qui s’écoule vers l’étang Matelin, des Pertuis, Masson et Frize partant du bois de Chancenay (pour se jeter dans l’Ornel à l’aval de la commune) et du fossé dit Fonds des Vaux depuis Ancerville vers Bettancourt.

Par le passé, des aménagements réservés à divers usages ont été réalisés sur le cours de l’Ornel (barrage, moulin, dérivation, passage en siphon ou en buse…). En 1544, lors du Siège de Saint-Dizier, les assaillants détournèrent son eau pour faire baisser le niveau dans les fossés et assécher la plaine entre la ville et Bettancourt. Ils creusèrent un canal de dérivation depuis la Loubert en direction de la Marne, à travers la Haie-Renaut, la Garenne de Perthes et Sapignicourt. Aujourd’hui le Fossé Charles-Quint évacue une partie des eaux de ses crues. Et si de nombreux vestiges ont disparu, ellese découvre de façon plus touristique par le sentier Marne-Ornel, notamment à Saint-Dizier où sa mise au jour est favorisée.

Préserver la biodiversité de l'Ornel et gérer ses excès

À Chancenay, des travaux sont engagés dans la prairie qui longe le cours actuel de l’Ornel, à proximité de la vanne de l’ancien moulin. L’opération portée par le Syndicat Mixte du Bassin de la Marne et de ses Affluents, l’Agence de l’eau Seine Normandie et la commune de Chancenay rendra à la rivière son lit initial et sinueux dans son point le plus bas pour assurer la continuité écologique, notamment le flux des poissons, impacté actuellement par le barrage. Par ailleurs, la prairie servira de zone d’expansion des crues lors de montées des eaux afin de limiter les crues sur Bettancourt et Saint-Dizier. Le bief du moulin sera préservé en étant alimenté par la source Barnès, il intègrera le parcours pédagogique créé autour des enjeux écologiques liés à cet aménagement. La création de 3 mares dans le lit majeur permettra l’accueil de la faune des zones humides (batraciens, tritons, salamandres, libellules…) et augmentera la biodiversité de cette zone. La préservation des milieux contribue directement au bien être des habitants.

[ Publié le : mardi 21 décembre 2021, à 14h10 ]

Retour