Défibrilateurs automatiques

En France, 50 000 personnes décèdent par an d’un arrêt cardiaque inopiné. Le taux de survie est de 3%, contre 20 à 50% dans les pays anglo-saxons qui ont développé la défibrillation précoce.

Dans la majorité des cas, l’arrêt cardiaque est précédé d’une période de fibrillation durant laquelle chaque cellule musculaire du coeur fonctionne de façon anarchique ; cette période dure environ 5 minutes. Le but du choc électrique est de « reprogrammer » le muscle cardiaque.

L’idéal est donc de délivrer un choc électrique dans les 5 minutes qui suivent un arrêt cardiaque.

Mieux vaut faire mal, que de ne rien faire

Si on ne fait rien, c’est 100 % de risque de décès de la victime.

Comment reconnaître un état de mort apparente :

  • La victime perd connaissance, ne réagit pas quand on lui parle et quand on la stimule.
  • Elle ne respire pas (la poitrine ne se soulève pas).

Le défibrillateur automatisé externe analyse le rythme cardiaque de la victime et ne délivre un choc que si celui-ci est indiqué.

En aucun cas votre responsabilité n’est engagée.

Plan de situation des défibrilateurs

Cette page a-t-elle répondu à vos attentes ?

Contactez nos services

Service Proximité

proximite@mblairie-saitynthsdizfiapeierxqr.fd3vlfrkz6po

Cité Administrative
12 rue de la Commune de Paris
52115 Saint-Dizier cedex

Tel : 03 25 07 31 22