Osne-le-Val

Située dans la vallée de la Marne, Osne-le-Val compte parmi les 21 nouvelles communes qui ont rejoint au 1er janvier l’Agglomération Saint-Dizier, Der & Blaise. Autrefois haut lieu de la métallurgie, ses fontes d’art sont célèbres dans le monde entier.

L’empreinte de la fonte d’art

Voilà près de 900 ans que les Archives font état de l’existence d’Osne-le-Val qui par ailleurs trouve l’origine de son nom dans sa position géographique nichée au creux d’une vallée parcourue par l’Osne. S’il est recensé aujourd’hui 250 habitants (Cayens), 1 636 étaient dénombrés au milieu du XIXe siècle. Un pic démographique dû à l’importance de la viticulture qui occupait le coteau sud, et à l’essor industriel qui s’emparait de ses ressources naturelles l’eau, le bois, le minerai de fer et le sable. La fonte d’ornement, révélée par le savoirfaire de la fonderie du Val d’Osne, a laissé une forte empreinte dans le patrimoine local mais également dans le monde entier où sa signature s’est exportée.

L'Osne, une ligne de vie à travers le village

Le ruisseau compte sur son parcours de nombreux vestiges du patrimoine industriel et des usages de la vie quotidienne du XIXe siècle.

Il alimentait des canaux de dérivation sur lesquels des barrages précipitaient l’eau sur des roues à aubes pour produire l’énergie nécessaire au fonctionnement des industries locales.

C’est aussi sur le cours de l’Osne que les laveuses s’afféraient à la tâche dans les sept lavoirs édifiés à cet effet par la municipalité, entre 1867 et 1872. Pour encourager le développement de l’hygiène en France, ces équipements étaient subventionnés à hauteur de 30 % par l’État. Ils contribueront également à l’amélioration du confort des laveuses. Les six lavoirs subsistants ont été restaurés en 2015 et font l’objet d’un sentier de randonnée « Les lessivoirs ».

La fonderie du Val d'Osne, inscrite à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques

En 1836, Jean-Pierre-Victor André, maître de forge, créé la fonderie du Val d’Osne à l’emplacement d’un ancien prieuré en aval du village. Elle devient la plus importante production de fontes d’art en France, signées de sculpteurs célèbres tels que Rouillard (le Cerf d’Amérique au Chêne Saint-Amand à Saint-Dizier et à Sommevoire), Jacquemart (le Lion rugissant à l’entrée de l’usine du Val D’Osne), Moreau (les Torchères Aurore et Crépuscule, au théâtre de Saint-Dizier), Guimard (les entourages Arts nouveau du métro de Paris) ainsi que les premières fontaines Wallace... Elle obtient de nombreuses récompenses aux expositions universelles. Après la Grande Guerre, le marché de la fonte d’art s’essouffle, la fonderie est vendue à la Société Durenne en 1931. Elle lui garde son nom prestigieux mais oriente sa production vers la fabrication de pièces mécaniques. Suite à plusieurs rachats, elle devient propriété de la GHM en 1986, qui délocalise sa production à Sommevoire et sonne le glas d’une épopée métallurgique plus que centenaire.

Mieux connaître l’héritage du Val d’Osne

Une partie du site historique accueille un musée dédié à l’histoire de la fonderie, ce savoir-faire des fondeurs que perpétue l’association les Compagnons de l’Histoire en animant des démonstrations de moulage et de coulée de bronze (sur rendez-vous).

L’église Saint-Cyriaque renferme l’une des trois chaires en fonte existant en France ainsi que 12 stations du Chemin de Croix aux cadres en fonte et reliefs en bronze ; un patrimoine religieux d’une extrême rareté !

Un circuit de randonnée explore ce hautlieu de la métallurgie.

Cette page a-t-elle répondu à vos attentes ?

Contactez nos services

Osne-le-Val

mairiijloeosne-sq/scle-v/jmwal@wanadoo+wxgv.fgcvulrpe4dn

1 Place du Renouveau
52300 Osne-le-Val

Tel : 03 25 04 48 57